TÉLÉCOMMUNICATIONS ET NTIC

D’importantes mutations liées à l’évolution des technologies et à la libéralisation progressive du marché ont marqué le secteur des télécommunications au cours des dernières années au Gabon.Le marché des nouvelles technologies est en pleine mutation. Les NTIC affichaient en 2008 un taux de pénétration de 44,37% avec 39,5% de la population gabonaise équipée d’un téléphone portable et connectée à un réseau GSM, soit 1,3 million d’abonnés.

En 2012, le marché du mobile a largement progressé. Il représente environ 2,2 million d’abonnés. En effet, Gabon Télécom compte à ce jour 804 000 abonnés, contre 455 000 en 2011. Soit une hausse de 77% en 12 mois ! 

Du côté d’Internet, selon l’ARTEL (Agence de Régulation des Télécommunications), le taux de pénétration d’Internet est de 12%, soit 232 555 abonnés. 

Depuis mai 2002, Libreville a été raccordée au câble sous-marin SAT3 qui relie l’Afrique à l’Europe. En plus des progrès enregistrés par Gabon Télécom et du développement rapide du marché de la téléphonie mobile, la libéralisation du secteur, résultant de l’affaiblissement des restrictions du marché des télécoms, a pour but de placer le Gabon comme un véritable hub technologique en Afrique Centrale grâce :  

  • à des services de l’Internet à haute vitesse ;
  • à la qualité et la facilité d’accès aux télécommunications et l’interconnexion des réseaux nationaux ;
  • à des activités de services reliées aux nouvelles technologies d’information et de communication au niveau national et transnational ;
  • à la construction d’un centre d’apprentissage pour ces nouvelles technologies.

De par ses développements et ses projets d’envergure, le Gabon est une figure de proue pour la sous-région africaine en matière de nouvelles technologies. Le secteur affiche un potentiel de développement rapide, source de croissance économique non négligeable.Améliorer la connectivité au Gabon demeure une préoccupation essentielle pour le gouvernement. En effet, les autorités se sont engagées dès 2010 – à travers le projet de société du Président Ali Bongo Ondimba – à parvenir à une réduction significative des coûts d’accès à Internet, dans le cadre de leur objectif d’atteindre l’émergence de l’économie numérique d’ici 2016.

Les principaux acteurs du secteur télécom au Gabon :

Téléphonie fixe

Gabon Télécom détient le monopole des fournitures de services de télécommunication fixes de base. La société a été privatisée en décembre 2010 au terme d’un accord signé entre l’Etat gabonais et Maroc Télécom (filiale de Vivendi Universal).

Téléphonie mobile

Il est fortement concurrentiel et quatre opérateurs y opèrent des réseaux 2G. Outre Gabon Télécom, Airtel (ex Zain) – leader avec 1,2 millions d’abonnés – , Moov et Azur (réseau lancé mi-2009) sont très actifs dans le pays. Dans ce contexte, Gabon Télécom a consolidé en 2012 sa place de numéro 2 avec une part de marché de 21% à fin septembre 2011.